Un maxi crédit d’impôt

Jusqu’au 31 décembre 2015, les propriétaires et autres locataires occupant leur logement à titre de résidence principale ont la possibilité de déduire de leur impôt sur le revenu 30% du montant des travaux de rénovation énergétique engagés. Ce, dès la première opération et à condition que l’entreprise soit là encore  labélisée RGE.

>> Lire aussi :  Travaux de rénovation : que valent les "pros" labélisés économies d’énergie ?

Ce super crédit d’impôt de 30% s’applique à la liste des travaux suivants :

- isolation des murs ;

- isolation des toitures ou terrasses ;

- isolation des parois vitrées ;

- installation d’équipements de chauffage ou de production d’eau chaude sanitaire (ECS) fonctionnant au bois ou autre biomasse ;

- installation équipements de production d’ECS fonctionnant à l’énergie solaire ou avec une pompe à chaleur ;

- installation de chaudières à condensation ou à micro-cogénération, équipements de production d’énergie utilisant une source d’énergie renouvelable (pompe à chaleur, énergie hydraulique ou biomasse, énergie éolienne).

Cet avantage fiscal ne concerne que les seules dépenses en matériel (non le coût de main d’œuvre). Le montant global des dépenses ouvrant droit au crédit d’impôt reste plafonné à 8.000 euros pour une personne seule et à 16.000 euros pour un couple soumis à une imposition commune (majoré de 400 euros par enfant à charge).

Le crédit d’impôt peut être cumulé avec l’Eco PTZ, à condition de respecter certains plafonds de ressources. Le revenu fiscal de référence de l’année N- 2 ne doit pas dépasser 25.000 euros pour une personne seule et 35.000 euros pour un couple, auxquels s’ajoutent 7.500 euros par personne à charge.